LA PRESSION MONTE



Le 21 septembre 1978, Le Parisien écrivait
:
« Le Directeur de la Sécurité Routière, M. Christian Gérondeau, estime que les motos de grosse cylindrée constituent un danger véritable pour les routes françaises, dont il faut s’inquiéter »

  • Fin des années 70, la crise s’installe, le chômage grimpe en flèche, les jeunes ne sont pas écoutés, le carburant est de plus en plus cher.

  • Les motards, de plus en plus nombreux, consacrent l’essentiel de leur salaire à leur passion et les budgets deviennent de plus en plus difficiles à boucler.

Les technocrates condamnent la moto.

  • Les pouvoirs publics organisent la lutte contre l’insécurité routière pour enrayer la courbe ascendante des tués sur la route. 
    Pour les technocrates de la sécurité routière, l’occasion est trop belle. Ils condamnent la moto sans discernement. Les assureurs, effrayés, triplent leurs tarifs.

  • Conséquence alarmante : un motard sur trois roule sans assurance.
<< Précédent   Suite >>